Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Collé(s), Sophie Laroche

Pin it!

colles.png

5 élèves exclus, 1 journée pour se découvrir, replacer le curseur de ce qui est juste, et dépasser les apparences...

"Ils sont cinq dans la même galère : collés ensemble de 8 à 17 heures.
Pourtant ils n’ont pourtant rien en commun.
Roxane est l’intello de service ; Ruben, l’ado rebelle ; Gabrielle, la fanfaronne de sa classe ; Arthur, le sportif turbulent ; et Coline, la rêveuse timide.
Qu’est-ce qu'il ont bien pu faire pour en arriver là ?
Et si cette journée qui s'annonce d'un ennui mortel passait finalement trop vite ?"

Déjà, il y a cette couverture que je trouve très réussie. Et puis ce pitch d'immersion dans l'ambiance très particulière d'une journée d'exclusion-inclusion, c'était parfaitement tentant.

Les coulisses des décisions de sanction, les petits dialogues entre les adultes du collège, c'est un univers que je connais bien, j'avais l'impression d'un reportage dans mon quotidien ;) Même si Sophie n'a pas invité de personnage de prof-documentaliste dans cette aventure, snif.

La matinée des collés est encadrée par un surveillant, et s'y jouent des tests d'autorité, des mises à jour de faiblesses, des personnalités qui se dessinent, des liens qui s'ébauchent. Roxane m'intrigue, Gabrielle m'énerve et me fait rire à la fois, Arthur me fait sourire, Coline éveille ma compassion, et Ruben aussi. Le surveillant m'est carrément antipathique, malgré quelques excuses.

Mais j'ai préféré l'après-midi, avec cette action originale de la psy-en (nouvelle dénomination des COP, conseillers d'orientation): une activité pour lancer le dialogue, pour offrir un temps constructif aux élèves de retour sur soi. Pas sûre que ça fonctionne aussi bien dans la réalité, mais en tout cas l'idée est belle, et les masques tombent à leur rythme. Pas d'extrême surprise dans les réels événements qui ont amenés les sanctions, mais des portraits qui prônent le droit à l'erreur, et surtout qui font réfléchir aux dégâts que peuvent provoquer des "étiquettes" trop vite attribuées, des jugements trop hâtifs. J'y retrouve la plume de l'autrice: un ton résolument bienveillant, une invitation à aller au delà des apparences, des événements du quotidien adolescent, une brochette de persos solidaires. Elle a écrit un billet sur son blog pour parler de ce titre et de son côté autobio.  ;)

 Il me reste à percer le secret de la parenthèse choisie pour le titre. Était-ce un souhait de mettre en parallèle les solitudes et les points communs?

Autre petit bonus (que je n'ai pas découvert puisque j'avais la version e-book): sur les pages, un dessin en flip book marque les heures qui passent pendant cette journée de colle. Comme le dit l'autrice, c'est "le 1er livre qui te donne l'heure!"  ;)

Mes élèves sont férocement impatients de le dévorer, ils ont hâte de constater qu'un adulte peut reconnaître ses erreurs je pense. Quant à moi, ça me motive encore davantage à être attentive aux jugements trop facilement plaqués sur mes élèves.

Collé(s), Sophie Laroche, Editions Hachette (20 mars 2019), 336p., 13,90€

Blog littérature jeunesse, blog livres, blog lecture, blog livres ados

Commentaires

  • Merci ! Promis, la prochaine fois, je mets une super prof documentaliste :)

  • impatiente je suis.... ;)

  • un livre très sympa, et une autrice qui l'est toujours également !

Écrire un commentaire

Optionnel