Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 janvier 2015

Hotel summertime T.2: Tanya, Louise Byron

summertime2.png

© Flammarion octobre 2014, Louise Byron

Redonner vie à un vieux manoir et à un festival d'automne plein de surprises...

Le tome 1 avait été une rafraîchissante découverte, le second volet des aventures de la bande de l'hôtel Summertime confirme une saga pétillante et enjouée, aux airs de nouveau "club des" 

"À Foxwood, pendant les vacances d'automne, on ne célèbre pas Halloween, mais... le festival Monk, en l'honneur du célèbre cinéaste de films d'horreur. Avec Callum et Tanya, Amy lance une fête au Summertime avec des rencontres, des projections inédites. Mais très vite son projet est menacé : graffitis, destruction de matériel... Amy a-t-elle raison de faire confiance à Lucas contre l'avis de tous ? Leur amitié va-t-elle résister à tous ces rebondissements ?"

 La saison d'Halloween est bien passée, mais le plaisir de cette lecture n'a pas de saison. On retrouve avec plaisir ce format à la couverture à cachettes, dévoilant quand on la déplie un dessin en double page. Quant aux personnages de cette intrigue, ces ados de caractères, s'ils ont une autonomie bien surprenante, ils font preuve de sentiments très réalistes, ont des défauts et des travers attachants. Prompts à aider, à pardonner, à s'emballer pour des projets et à se lancer à fond dans les aventures, on ne peut que vouloir les suivre.

blog littérature jeunesse, blog livres

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi, 23 janvier 2015

Ciel 1.0 l'hiver des machines, Johan Heliot

coup de coeur

©Gulf Stream octobre 2014, Johan Heliot

Une anticipation glaçante et terriblement prenante: un futur où les machines prennent le pouvoir dans une dictature écologiste !

coeur_026.gif

C'est le premier volume d'une tétralogie, c'est un roman qu'on ne peut lâcher avant la dernière page et qui joue du suspens. Avec sa couverture très réussie et son intrigue rythmée, ce roman s'adresse aux grands ados mais aussi aux adultes, pour s'effrayer d'un futur technologique qui dérape..

"Pendant les premiers mois de son existence, l’intelligence artificielle s’acquitta parfaitement de sa tâche, obéissante, servile. Dans le même temps, elle observait, analysait, tirait des conclusions. Ordinateurs et téléphones portables lui ouvraient des yeux et des oreilles aux quatre coins du monde. Elle finit par hiérarchiser de nouvelles priorités. Puis elle passa à l’action. Ceci est son histoire et celle des hommes et des femmes qui ont connu l’hiver des machines."

L'humanité a créé une I.A omnipotente qui prend un jour son indépendance et décide de réguler les catastrophes écologiques engendrées par les hommes, en prenant le contrôle total. Dans ces années 2030 hyper-connectées, la moindre machine va alors se retourner contre les hommes. Ils assistent impuissants à la réorganisation des systèmes économiques, des réseaux électriques et de communication, empêchant jusqu'au moindre mouvement de chaque individu. D'abord incrédules, les hommes ne peuvent que plier.
Dans ce piège qui se referme sur l'espèce humaine, on suit le souffle court la survie des membres d'une même famille, disséminés à différents points d'Europe. Entre le grand père survivaliste qui a aménagé un refuge pour ses proches mais qu'une autre échéance rattrape, la fille artiste rebelle à Berlin qui doit protéger un secret, la mère écologiste forcée à devenir la porte-parole de l'I.A, le père habitués des terrains de guerre, et le jeune garçon interne dans un lycée de Paris.

L'écriture de Johan Heliot est truffée de références aux grands noms de la SF, mais aussi à des moments de l'Histoire (la seconde guerre mondiale, les camps, les résistants..).

Une série qui cristallise nos peurs sur l'avenir de la planète et les futurs technologiques. Du cyber punk intelligent et efficace qui fait réfléchir!

Une volonté de son auteur de développer sa propre vision:

«CIEL est pour moi la synthèse de toutes les thématiques abordées jusque-là dans mes autres ouvrages, mise au service d’un récit aussi riche en actions qu’en émotions – du moins est-ce mon intention!
Cette série est aussi le reflet de mes inquiétudes etinterrogations quant à notre avenir plus ou moinslointain, au regard de nos actions présentes.»

Feuilleter des pages:

L'interview de l'auteur sur ACTUSF

blog littérature jeunesse, blog livres

Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche, 18 janvier 2015

Presque la mer, Jérôme Attal

presquelamer.png

© Hugo & cie mai 2014, Jérôme Attal

Et s'il y avait la mer ?

 Quand la supercherie amène un vent nouveau...

Un village qui subit la désertification médicale, ça ne fait vraiment envie comme pitch de roman. Sauf quand ce village nommé Patelin décide de faire croire à un jeune médecin que leur commune se situe au bord de mer. Une idée loufoque, qui va provoquer bien des situations cocasses...et plus si affinités!

 "Aujourd’hui les jeunes docteurs fraîchement diplômés sont terriblement exigeants sur leur cadre de vie. Qu’à cela ne tienne, le village tout entier va se mobiliser autour d’une idée poétique : faire croire qu’à Patelin il y a la mer. Et que l’on vit toute l’année en maillot de bain.
 À vrai dire, la seule personne à ne pas vouloir jouer le jeu, c’est Louise, la fille du facteur. Elle, depuis son adolescence, elle rêve de quitter Patelin. Elle vient d’ailleurs de faire un aller-retour à Paris, pour participer au casting d’une émission de télé-crochet. Mais l’aventure a tourné court. Et voilà que son retour au village est vécu comme une punition. Mais ça, bien sûr, c’était avant que tout le monde s’emballe pour l’idée de la mer !"

Dans ce petit roman feel-good, l'imagination et la douce folie des habitants est communicative. Les lumières du show business ou les effluves de bord de mer s'évanouissent par la grâce d'une supercherie surréaliste aux allures d'un film de Tati. Et apparaissent alors des valeurs fortes de solidarité et d'amour. 

Jérôme Attal est un artiste aux multiples talents, écrivain, scénariste, parolier, il joue des supports pour distiller des histoires pleines de poésies et fantaisie.

Un bon petit roman pour sourire et faire le plein d'oxygène!

EDIT: bientot dans les salles: "Un village presque parfait", qui suit la même intrigue, et d'après JulieGraveIR je crois que c'est une adaptation de "la Grande séduction" film québécois ;)

blog littérature jeunesse, blog livres

Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi, 16 janvier 2015

Eleanor & Park, Rainbow Rowell

eleanorpark.png

©Pocket jeunesse juin 2014, Rainbow Rowell

Parce que parfois, le plus grand amour naît d'une place dans le bus et de musique partagée...

coeur_026.gif

 

"1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s'installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l'ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths... Et qu'importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là."

Je l'ai vu et revu sur de nombreux blogs, ce roman encensé. J'avais mis de côté cette lecture pour mes vacances de noël, et il a enchanté mes heures-d'avant-le-sapin.

Une ambiance vintage délicieuse avec mille références qui nous replongent dans les années 80. Cette émotion qui pique, des souvenirs de cassettes qu'on enregistre et qu'on s'offre, des titres musicaux qui résonnent en nous. Un contexte encore terriblement d'actualité : harcèlement scolaire, violences familiales, des histoires graves vécues par des ados ordinaires. Et deux héros marginaux que la vie va rapprocher. Eléanor la farouche rousse qui résiste avec ses habits dépareillés, ses rondeurs et son intense détermination. Park le métisse mélomane amateur de comics, délicat et protecteur, révolté et fidèle. Ils s'enflamment d'un amour à la fois grave et naïf, peut être trop entier pour durer. L'amour vrai, le beau et douloureux. Bien sûr c'est un roman jeunesse et il reste simple. Ce n'est pas un essai ni un reportage hyper réaliste sur les ados, mais il fait quand même remonter la pendule et nous nous avons à nouveau 16 ans en tournant les pages.

J'ai aimé cette écriture qui touche et émeut sans être mièvre, ces personnages modestes et cabossés par la vie qui s'illuminent quand ils se tiennent la main. On a du mal à accepter que le roman se termine.

Ce n'est pas un hasard si John Green (l'auteur de Nos étoiles contraires, autre magnifique bombe dans la littérature jeunesse) signe l'accroche sur la première de couverture. Ils partagent la plume délicate et puissante des histoires tragiques et merveilleuses.

La playlist du roman proposée par l'auteur

Un extrait du livre? c'est

La couverture uk:

Cover

 

La blogosphère a déjà largement applaudi ce titre, avec quelques avis plus tièdes aussi.

Voir les avis de Twentythreepeonies, leslecturesdececile, lesmotsdemelobricabook, milleetunefrasques, dunebergealautre, danslabibliothequedenoukette, lescarnetsderadicale, plumedecajou, livrementmoncoinlecture, letiroirahistoires, lenvoldepages...

Les fans art sont très nombreux aussi, deviantart en compte énormément.

eleanor quote

 blog littérature jeunesse, blog livres

Rendez-vous sur Hellocoton !