Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Interférences, Connie Willis

Pin it!

(parenthèse lecture adulte)

interférences.png

Une romance futuriste qui met le doigt sur l'overdose de communication, ou comment émotions et nouvelles technologies font mauvais ménage...

De Connie Willis, j'avais adoré Sans parler du chien. J'ai retrouvé ici le style trépidant de l'auteure aux nombreuses récompenses dans l'univers de la SF, qui utilise une hypothèse futuriste comme marchepied pour un récit débridé, loufoque mais malin. Cette fois, c'est presque un scénario de chick-litt qui fait toile de fond: deux amoureux qui vont se connecter grâce à une opération pour ressentir leurs émotions réciproques, sauf que ça dérape. Les effets sont inattendus, ils commencent à entendre des voix...

"Dans un futur proche, une intervention cérébrale a été mise au point pour améliorer la vie de couple. Briddey se réjouit quand Trent, son petit ami, lui propose cette opération avant leurs fiançailles : ils percevront les pensées l’un de l’autre et leur lien émotionnel en sera renforcé. Or les choses ne se déroulent pas comme prévu : malgré elle, Briddey se retrouve connectée à quelqu’un d’autre. Les choses empirent quand elle découvre la propension étrange de sa famille à s’immiscer dans ses pensées… Briddey prend alors conscience des risques d’un excès d’informations. Elle comprend que l’amour – et la communication – s’avèrent bien plus complexes qu’elle ne l’imaginait…"

Bien sûr il semble évident très vite que l'héroïne va finalement s'éprendre du gentil geek télépathe, et le choix de la couverture en VF ne laissait pas de doute sur le côté sentimental du récit. Il y a aussi des passages un peu étourdissants voire fouillis, entre les différentes "voix"  et pensées qui s'emmêlent (et je vous avoue qu'avec le méchant virus que je combats, ma tête tournait déjà assez). Mais au final, certaines révélations sont inattendues, l'humour est présent, le style endiablé....pour un résultat assez agréable, même si ce n'est pas mon préféré de l'auteure. De quoi réfléchir sur nos modes de communication, nos envies de tout savoir très vite et tout le temps !

Interférences, Connie Willis, éditions Bragelonne (octobre 2017), 504p., 25€

#Interférences #NetGalleyFrance

Blog littérature jeunesse, blog livres, blog lecture, blog livres ados, blog livres parentalité

Commentaires

  • J'ai aussi beaucoup aimé Sans parler du chien, pour l'humour complètement déjanté. Je suis curieuse de voir ce qui va se passer en jeunesse.

Écrire un commentaire

Optionnel