Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plein gris, Marion Brunet

Pin it!

pleingris.png

Avis de tempête pour ce roman d'une amitié disloquée.

"Ce qui se passe en mer reste en mer".

On la prend de face, la vague glaciale qui s'abat sur le lecteur dès le début: le corps de Clarence est remonté à la surface, le long de la coque du bateau. L'ambiance est plantée. Le décor est aussi impitoyable que grandiose: un voilier en pleine mer, une terrible tempête en approche. Pourtant l'aventure de cette traversée vers l'Irlande était excitante, l'amitié semblait lumineuse et les jeunes étaient déjà des marins expérimentés. Mais en coulisses d'autres sentiments se nouaient... Les pages nous embarquent dans l'histoire du petit groupe, on les découvre à travers les flashbacks.

Comment ne pas serrer les dents et s'accrocher aux pages, alors? Juste impossible. On retient notre souffle, c'est tout.

"Lorsque Élise et Victor découvrent le corps de Clarence, noyé près de la coque de leur voilier, Emma comprend que leur croisière a définitivement viré au cauchemar. Avec la disparition de son leader charismatique, ce sont tous les secrets de la bande qui remontent à la surface, les rancœurs et les lâchetés qui régissent toujours un groupe. Et quand une tempête terrifiante s’annonce, les émotions et les angoisses se cristallisent dans une atmosphère implacable..."

Quelle cheffe d'orchestre que Marion Brunet dans ce drame de sang et d'embruns ! La partition s'emballe, la tension grimpe autant que les vagues se creusent et que le ciel s'assombrit. Comment est mort Clarence ? Que vont devenir Elise, Victor, Sam et Emma ?

Je n'ai pas d'autres expériences maritimes que de lointains stages bretons, mais je les ai ressenti, cette peur glaçante d'être engloutis par les flots, ce sentiment de n'être rien face aux éléments déchaînés. J'ai presque bu la tasse. Et je voulais savoir, bien sur, quels étaient les liens réels, les vrais visages, si la mer allait les épargner.

ça tanguait encore quand j'ai refermé les pages. Juste génial.

Plein gris, Marion Brunet, editions Pocket jeunesse, janvier 2021, 16,90€

Blog littérature jeunesse, blog livres, blog lecture, blog livres ado

Commentaires

  • merci Fondant ! je te souhaite aussi la plus belle année possible ;)

Écrire un commentaire

Optionnel