Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La maison des reflets, Camille Brissot

Pin it!

lamaisondesreflets.png

"Qui accepterait de laisser partir un être cher s’il pouvait le garder à ses côtés pour toujours ?"

 Un roman intelligent, aussi séduisant qu'inquiétant

"Depuis 2022, les Maisons de départ ressuscitent les morts grâce à des reflets en quatre dimensions qui reproduisent à la perfection le physique, le caractère, et le petit je-ne-sais-quoi qui appartient à chacun. Les visiteurs affluent dans les salons et le parc du manoir Edelweiss, la plus célèbre des Maisons de départ, pour passer du temps avec ceux qu’ils aimaient. Daniel a grandi entre ces murs, ses meilleurs amis sont des reflets. Jusqu’à ce qu’il rencontre Violette, une fille imprévisible et lumineuse… Bien vivante."

Vivre au milieu des reflets, les doubles virtuels de personnes disparues, dont sa propre mère, c'est pour Daniel un monde bien différent des jeunes de son âge. Mais cette bulle privilégiée compte aussi ses limites, et ne peut remplacer les relations du monde réel. Le lecteur d'abord émerveillé découvre en même temps que Daniel la frustration d'un tel isolement, les limites du virtuel. Quand le jeune héros veut à son tour construire un cadre virtuel pour les reflets, il décide de s'émanciper, de sortir du manoir pour s'inspirer d'une vraie fête foraine, et il va y faire une rencontre bouleversante.

Une lecture fascinante, avec une histoire à la fois douce et intime, mais aussi profonde et universelle. J'ai aimé le travail sur les ambiances et les décors: le cadre feutré, ultra-technologique et clos du manoir, la fête foraine symbole des illusions et des plaisirs éphémères... L'aspect science-fiction est à la fois très présent par la notion d'intelligence artificielle, de prolongement virtuel de la vie, et les questions d'éthique soulevées. Mais en même temps, il est contrebalancé par les liens humains, par le romanesque des échanges épistolaires entre Daniel et Violette, par les rapports intimes et mystérieux entre le héros et son père, le personnel de la Maison.

Les scènes de rencontres entre les familles des disparus et les reflets créés sont poignantes, surtout quand on comprend qu'elles n'apportent pas toujours la paix espérée, mettant le doigt sur la question du rapport à la mort et au deuil dans un monde de technologie virtuelle.

Emancipation, premier amour, acceptation de la mort, dangers des dérives virtuelles, ce roman nous donne largement de quoi réfléchir ! Je regrette même de ne pas voir le sujet développé plus largement. Un texte qui parvient à nous projeter dans un futur proche, à interroger nos propres représentations des rapports humains, je pense que c'est un gage de réussite pour un texte SF de belle qualité !  ;)

La maison des reflets, Camille Brissot, éditions Syros ( février 2017), 354p., 16,95€

 Blog littérature jeunesse, blog livres, blog lecture, blog livres ados

Commentaires

  • Oh, merci pour la découverte, le thème rentre parfaitement dans mes cordes ! Je vais aller mettre le nez dedans ;)

  • hello Sita. Bonne découverte de La Maison alors!

  • Rien que pour la couverture, et convaincue par ton billet, je note !!

  • c'est vrai que cette couverture est fascinante.

Écrire un commentaire

Optionnel