Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dystopie

  • La vie étonnante d'Ellis Spencer, Justine Augier

    Pin it!

    lavieetonnante.png

    Une dystopie jeunesse au petit goût de trop peu...

    Lire la suite

  • Ici et maintenant, Ann Brashares

    Pin it!

    ici.png

    © Gallimard juin 2014, Ann Brashares

    Une histoire du futur où un thriller prend des allures de romance...

    "Voici l'histoire de Prenna James, une jeune fille de dix-sept ans qui a immigré à New York avec sa mère. Mais Prenna ne vient pas d'un autre pays. Elle vient d'une autre époque. Un futur où la vie est devenue impossible, ravagé par une pandémie tuant des millions de gens et laissant le monde en ruines... Prenna et ceux qui ont fui avec elle jusqu'au temps présent doivent se fondre dans la société actuelle en suivant des règles strictes : ne jamais révéler d'où ils viennent, ne jamais interférer dans le cours de l'Histoire, et ne jamais, au grand jamais, développer de relations intimes avec quiconque en dehors de leur communauté. Mais tout bascule lorsqu'elle tombe amoureuse d'Ethan Jarves."

     J'étais déjà convaincue qu'Ann Brashares était une écrivaine fine, captivante et capable d'écrire des histoires formidables où les amour ne sont pas nunuches, où la vie a des couleurs parfois sombres mais dont les héros sont admirables. Le tragique avec éclat, les sentiments dans toute leur gamme.

    Quand j'ai découvert ce nouveau roman futuriste à la couverture si réussie, je me suis précipitée. Cette aventure temporelle garde les qualités réalistes et humaines que j'avais aimées chez Ann Brashares; pas de happy end à tout prix, des enjeux, de la conscience et des personnages plein de failles, de doutes et de courage pourtant.

    L'intrigue est dense, mêlant message écologique, intrigue personnelle et compte à rebours à portée planétaire. Elle aurait même gagnée à s'étaler sur plusieurs tomes pour être développée davantage, et l'on aurait cette fois encore apprécié de retrouver les héros en série, comme pour les fameuses Quatre filles. La dystopie aurait était plus fouillée, davantage marquée alors qu'ici on ne l'aperçoit que partiellement, assez pour saisir l'intrigue mais trop peu pour se représenter ce futur et s'y impliquer émotionnellement. Les caractères secondaires auraient ainsi pu trouver la profondeur qui leur manque et qui peut frustrer.

    Ceci dit, un one-shot a aussi des avantages et ce volume est déjà palpitant, avec un rythme trépidant qui emballe le cœur et une conclusion qui coupe le souffle. Les héros sont inéluctablement proches de nous et terriblement attachants. 

     Une interview de l'auteur

    les avis de Librairie quai des brumes, Livrados, Chroniques de Johanne, Encres et calames, Clarabel, Sophielit, Coffeeandbooks

     

    blog littérature jeunesse, blog livres

  • 6000 nuits, André Borbé

    Pin it!

     billet programmé

    6000nuits.jpg

    ©Naïve mars 2012, André Borbé

    Face à l'oppression, les livres deviennent résistance par les âmes bienveillantes: récit humaniste pour jeunes ados

    coeur_026.gif

    "Dans une ville gouvernée par un mystérieux tyran, une jeune fille insomniaque va vivre une aventure qui l’emportera au-delà de son imagination. Grâce à son courage, son esprit de résistance et ses talents d’écriture, elle affrontera les mystères et les dangers de Boucainvillier afin de libérer les habitants de la dictature qui les oppresse."

    J'avais noté ce roman à l'élégante couverture sur plusieurs blogs. Une histoire de livres et d'insomnies, de révolte et de "gâteau d'âme" qui procure l'inspiration, ça me fascinait. Bien m'en prit, ce livre est un pur bonheur qui permettra aux plus jeunes des ados de plonger dans un récit de dystopie facile mais très bien fait!

     A Boucainvillier, le peuple est opprimé par le Commandeur depuis 16 ans. Retranché dans sa citadelle sur les hauteurs de la cité, il est impitoyable. Les livres sont interdits, eux qui autrefois régnaient en belle place dans la somptueuse Bibliogare ravagée depuis par un incendie. La milice patrouille et impose sa terreur. Mais pendant le couvre-feu, Esther veille en secret. Ses nuits d’insomnie lui offrent le temps d'écrire, à elle et aux autres Bienveillants, ces élus qui naissent toutes les 6000 nuits et qui ont le don d'écrire des histoires qui insufflent de l'espoir à tout un peuple. Les Livreurs sont leurs alliés, eux qui distribuent ces écrits illicites au péril de leurs vies. Mais Esther ne va pas se contenter d'écrire, elle veut renverser la dictature, et avec l'aide de ses amis elle veut trouver la faille du mystérieux dictateur masqué. La révélation sera grande, et encore une fois, les histoires d'amour, de vengeance et de pouvoir seront au rendez-vous. Les points de vue s'alternent, dévoilant pas à pas des éléments majeurs pour démêler les fils du suspens.

    L'univers de ce roman est planté avec poésie, dans un décor très pittoresque: la citadelle reliée à la cité par un funiculaire, le cabaret où se réunissent les rebelles, les ruelles...la couverture est d'ailleurs absolument en adéquation avec l'histoire, elle qui présente dans des couleurs bleues de nuit la fameuse plume d'or remise à chaque Bienveillant, qui lui permettra de signer ses textes.

    Il y a ce prologue qui présente le décor mais qui peut perturber puisque les personnages changent ensuite. Il y a aussi ces allers et retours dans le passé qui éclairent l'intrigue et qui nécessitent de suivre avec attention. Il y a cette fin un poil frustrante, trop rapide et peut-être trop attendue. Ce roman n'est pas approfondi en mille volumes, certaines évidences sont lourdes de bons sentiments, et alors? Son ambition n'est que de plaire, et c'est réussi. Parce que tout ça passe sans effort et avec grand plaisir, emporté par une belle narration pleine d'imaginaire, des personnages gonflés de courage, d'espoir et d'amitié.

    Un extrait:

     « Marthe déposa son plumeau et ajusta la pile de livres posée au pied du petit bureau. Elle porta la main à son dos en poussant un soupir de soulagement. Elle aimait finir le ménage par cette pièce. Il n’y avait pas grand-chose à ranger dans la chambre d’Esther. Le lit jamais défait, l’oreiller sans un pli, les rideaux toujours maintenus dans leurs cordons de velours. Et pour cause, Esther ne dormait pas dans son lit. Ni dans aucun autre d’ailleurs. À l’âge de seize ans, elle n’avait encore jamais fermé l’œil de la nuit. »

    Un petit tour sur le site d'André Borbé auteur compositeur interprète, dont c'est ici le premier roman.

     Les avis d'Aurelie, les Surbookées, la Soupe de l'Espace, Happy critiks, la Médiathèque de Quimperlé, Madame Bouquine, la librairie Les Buveurs d'encre...

     blog littérature jeunesse, blog livres

  • Birth marked tome1: rebelle, par Caragh M.O'Brien

    Pin it!

    birthmarked.jpg

    ©Le livre de poche jeunesse janv.2013 / Caragh O'Brien

    Dystopie post-apocalyptique, saga aux couleurs de la liberté, des liens familiaux et du courage

    Dans le monde de Gaia, il y a les privilégiés, qui habitent derrière le mur de l’Enclave, et ceux, comme elle, qui vivent à l’extérieur. Tous les mois, la jeune fille aide sa mère, sage-femme, à donner à l’Enclave trois nouveau-nés. Mais, un soir, les parents de Gaia sont brutalement arrêtés et conduits derrière le mur. A peine ont-ils le temps de lui confier un mystérieux ruban sur lequel est brodé un étrange code.

    Je n'ai entamé cette saga qu'à sa sortie en poche. Je suis assez friande de ces univers dystopiques dans lesquels des héros idéalistes, rebelles et courageux (tant qu'à faire) se battent pour de grands idéaux. De la SF épique aux accents romantiques, un mélange souvent réussi.

    Ici décor et intrigue sont efficaces: un désert écrasé de soleil dans lequel a été bâtie une forteresse. Il y a les privilégiés qui vivent dedans, et ceux qui les servent, de l'autre côté des remparts. Dans cet univers brûlant, c'est la tradition de fournir à ceux de l'Enclave des bébés nés à l'extérieur, et personne ne se pose la question de savoir pourquoi. Pas de temps pour penser quand on doit survivre, surveillés en permanence.

    Gaia vit humblement mais entourée de l'affection des siens. Quand ses parents disparaissent mystérieusement, ne laissant derrière eux que ce fameux ruban codé, la jeune fille n'aura d'autre choix que d'ouvrir les yeux, de chercher à savoir, de pénétrer à l'intérieur de la forteresse pour y trouver des réponses. Que sont devenus ses parents et ces bébés donnés à l'Enclave? Pourquoi les taches de naissance laissés par sa mère sur les nouveaux-nés intéressent-elles certaines personnes? Réflexion éthique, questionnements scientifiques, rebondissements et romance font bon ménage dans ce premier tome.

     

    En cliquant sur la première illustration, suivez l'histoire de la création des couvertures de cette saga, puis jetez un oeil sur d'autres versions étrangères, dont Galleane parle très bien sur son blog:

     

    Le site de Caragh O'Brien , à visiter


    La trilogie est d'abord parue chez Mango.


    blog littérature jeunesse